Daner Mamani Flores (4 ans)

Le garçon de Candial peut enfin recommencer à grandir

Dans le district de Sapahaqui (département de La Paz), plus de 95 % de la population vivent en-dessous du seuil de pauvreté et seulement 23,5 % des communes disposent d’un système d’eau potable avec raccordement à domicile. Dans le village de Candial, l’eau du fleuve suffit à irriguer les champs, mais elle est trop polluée pour que les habitants puissent la boire.

Récemment encore, la famille de Daner n’avait d’autre choix que de s’approvisionner chaque jour en eau potable à deux heures de marche. À la saison sèche, la source tarissait et la famille étanchait alors sa soif avec l’eau du fleuve puisée dans un canal d’irrigation qui servait aussi à abreuver les animaux. « Nous faisions décanter l’eau sale une demi-heure dans un seau avec quelques feuilles de pêcher, pour que le gros des impuretés coule au fond. »

Une pratique qui n’était pas sans conséquences : Daner est petit et chétif pour ses 4 ans. « Daner a eu si souvent des diarrhées que sa croissance a été ralentie pendant des années », explique sa mère Graciela Flores. « Aujourd’hui, mon fils va bien. Grâce à Caritas, nous avons suffisamment d’eau pour boire, cuisiner et faire la lessive. Daner peut se laver avant d’aller à l’école. »

« Toutes les 4 heures en Bolivie, 1 enfant meurt à cause de la contamination de l’eau. »

Daner Mamani Flores

Âge :
4 ans

Origine :
Candial, district de Sapahaqui au sud-ouest de La Paz

Famille :
Daner vit sur une petite parcelle avec sa mère Graciela et ses quatre frères et sœurs. Son père est décédé deux ans auparavant dans un tragique accident de travail.

Situation :
Pour pouvoir nourrir sa famille, Graciela produit des « tulmas », ces accessoires traditionnels de la coiffure des femmes, et les vend en ville. Depuis qu’il y a un raccordement d’eau, elle a plus de temps à consacrer à ses enfants et à son travail.

Sapahaqui:

On prévoit 12 systèmes d’approvisionnement en eau potable pour 2885 personnes

Avec les dons en provenance de Suisse, Caritas aide depuis 2013 sa partenaire Caritas Corocoro à améliorer les conditions de vie difficiles dans les communes disséminées du district de Sapahaqui. L’accès à l’eau potable est un droit fondamental et une condition requise pour la santé, le travail et un développement durable.

Les caractéristiques géologiques de la région confrontent nos ingénieurs à des défis. Dans quatre communes, Caritas a déjà installé des systèmes d’eau de drainage avec raccordement à domicile. Cinq autres installations sont en construction. Dans les trois autres communes, le sol est trop riche en minéraux pour entreprendre des forages. La seule solution consiste donc à installer des systèmes de récupération des eaux de pluie, car aucune autre source ne peut être captée loin à la ronde.

La construction des premiers systèmes d’approvisionnement en eau a permis de réduire de moitié les cas de maladies dans le centre médical local à proximité de Candial. « Auparavant, nous y traitions en moyenne 190 patients souffrant de diarrhée par trimestre. Depuis l’aménagement des premières installations d’eau, ce ne sont en moyenne plus que 97 patients en trois mois », indique le médecin Noemi Ylimori.

Daner n’est que l’une des nombreuses personnes qui ont recouvré la santé grâce à l’aide de Suisse. Merci de votre don qui rend possibles d’autres installations d’approvisionnement en eau.

Votre don est efficace

Avec l’argent des donateurs de Suisse, nous assurons l’accès à l’eau potable en Bolivie, améliorons les installations sanitaires dans les écoles et informons les habitants sur les questions d’hygiène.

Concrètement :

  • Construction d’installations d’approvisionnement en eau
  • Formation de comités locaux responsables de l’entretien des installations et de l’administration financière
  • Amélioration des mesures d’hygiène et de l’utilisation de l’eau
  • Amélioration des installations sanitaires dans les écoles
  • Soutien à une évacuation des déchets plus saine et plus respectueuse de l’environnement