Dessie Abate (65 ans)

« Pouvoir encore vivre ça »

La moitié de la population rurale d’Éthiopie n’a toujours pas accès à l’eau potable. Les femmes et les filles effectuent chaque jour plusieurs heures de marche pour atteindre des sources non protégées, de maigres cours d’eau ou de petits étangs. Sur leur dos, les jerrricans jaunes de 20 litres qui, une fois remplis, pèsent aussi lourds qu’une valise bourrée.

Dessie Abate s’en souvient bien : comme ses trois filles se sont mariées tôt, elle a dû accomplir la corvée d’eau jusqu’à un âge avancé. Chaque jour, elle a dû gravir la piste en terre battue escarpée et caillouteuse jusqu’à la source située en altitude. Le plus dur pour elle commençait une fois arrivée au sommet. Il n’était pas rare que Dessie Abate ramène même deux jerricans remplis, car 20 litres suffisaient à peine pour permettre à toute la famille de boire, de cuisiner et de se laver.

« Je ne devais pas perdre l’équilibre, mais parfois les cailloux cédaient sous mes pieds. Je tombais souvent, très souvent même », murmure cette femme marquée par la vie. Soudain son visage tanné s’éclaire : « Mais un jour, j’ai rencontré les ouvriers sur le versant. Ils m’ont annoncé en souriant que je n’aurais bientôt plus besoin d’effectuer cette pénible corvée. Ils allaient amener l’eau au village. J’ai remercié le Seigneur de pouvoir encore vivre ça. »

La construction de systèmes d’approvisionnement en eau est l’une des tâches centrales de Caritas Suisse.

Car l’accès à l’eau potable est un droit humain. Cette mesure ne favorise pas seulement la santé et l’hygiène, mais rend aussi les champs fertiles et fait gagner un temps précieux aux femmes et aux filles qui peuvent ainsi aller à l’école et s’occuper de leur famille.

« Je m’appelle Dessie Abate, je suis née ici et je ne connais pas exactement mon âge, mais j’ai l’air vieille, comme vous le voyez. Autrefois, c’était très dur d’atteindre la source à pied pour y puiser de l’eau. C’est un chemin très escarpé. Comme les autres, je remplissais chaque fois deux jerricans d’un coup. Il m’arrivait très souvent de tomber et de glisser en bas de la pente.

Mais aujourd’hui, nous avons un point d’eau à proximité immédiate – et l’eau y est très propre.

Que dire sur la pauvreté. La pauvreté, c’est la pauvreté. On est pauvre quand on n’a pas de travail. »

Dessie Abate

Âge :
65 ans

Origine :
je suis née à Fugnandimo et c’est là que je mourrai.

Famille :
veuve, mère de sept enfants (trois filles, quatre fils)

Situation :
ses trois filles se sont mariées jeunes. Dessie Abate vit dans la famille d’un de ses fils et elle est toujours responsable d’aller chercher de l’eau.

Fugnandimo:

L’un des plus de mille systèmes d’irrigation de Caritas en Éthiopie

Qu’il s’agisse de captage d’eau en montagne, de pompes pour eaux souterraines ou de réservoirs d’eau de pluie – les géologues et ingénieurs de Caritas sont confrontés aux défis inhérents à une région comme le haut plateau de Fugnandimo. Ils doivent tenir compte des questions écologiques, de gestion et de durabilité.

Le réservoir de Fugnandimo est alimenté par une source d’eau pure de montagne. Un système de conduites achemine aujourd’hui le précieux liquide dans un réservoir auquel les 2500 membres de la communauté villageoise ont accès deux fois par jour, par le biais de trois points d’eau.

Un comité local est constitué pour l’entretien de l’installation et les petites réparations. Des femmes comptent également parmi ses membres. Comme la source est abondante et que les coûts d’entretien sont bas, une famille ne doit payer que 25 centimes par ménage et par mois pour l’eau potable.

L’un de nos prochains objectifs est d’élargir le système au secteur de l’école située en aval. Nous aimerions y parvenir avec les dons de Suisse.

L’utilisation de votre don

Avec l’argent des donateurs de Suisse, nous créons en Éthiopie un accès à l’eau potable, aux toilettes, à l’hygiène et à l’agriculture irriguée.

Concrètement :

  • Construction d’installations d’approvisionnement en eau
  • Formation de comités d’entretien locaux
  • Construction de dalles de latrine et d’autres installations sanitaires
  • Activités de formation et de sensibilisation dans le domaine de l’éducation à la santé et de l’hygiène
  • Formation en matière d’horticulture irriguée