Gabrielle Bergamaz (57 ans)

Elle n’a jamais baissé les bras

Son visage marqué et ses yeux pétillants racontent toute son histoire. Gabrielle Bergamaz, 57 ans, revient de loin. Et elle ne doute plus qu’elle va s’en sortir.

Divorcée, au bénéfice de l’aide sociale depuis plusieurs années, elle multiplie différents emplois pour regagner son autonomie. Elle vit en colocation dans une maison, sur la rive sud du lac de Neuchâtel. Mais sans vue sur le lac… Ces dernières années, l’horizon de Gabrielle a été plutôt bouché. Le filet de l’aide sociale lui a permis de ne pas glisser dans l’abîme, sans retour possible. Mais en même temps, elle veut sortir de cette dépendance. Chaque mois, en entourant et en aidant des personnes âgées dans leur vie quotidienne, elle couvre une partie de ce que lui alloue l’aide sociale, quelque 1500 francs. Gabrielle n’en démord pas : le sésame vers un poste stable est une formation, mais elle peine à accumuler les quelque 3000 francs nécessaires pour la financer.

Divorce et décrochage professionnel

Après un apprentissage d’employée de commerce à la Vallée de Joux (VD), Gabrielle a travaillé à Lausanne, dans l’administration communale. Mère de trois enfants, elle décide de rester à la maison pour s’occuper d’eux. « J’ai eu quand même une vie relativement belle. J’ai eu une maison. J’étais comme tout le monde. Pendant 10 ans je me suis occupée des enfants. J’ai adoré et c’était ce qui comptait le plus pour moi », se souvient-elle. En 2012, c’est la séparation puis le divorce, dans des circonstances particulièrement difficiles dont elle peine à parler. C’est plus qu’une rupture. Elle a été brisée, elle s’est perdue. Disqualifiée professionnellement, elle s’inscrit au chômage, puis au social. Elle sera même sans domicile fixe durant deux ans. « Me doucher une fois par jour et me maquiller, ça je l’ai toujours fait, parce que je voulais être une personne normale ». Elle raccroche sa dignité à ce souvenir, avec amertume.

Se former et apporter du bonheur aux autres

Même pendant les moments les plus sombres, Gabrielle Bergamaz a toujours regardé vers le haut, cherché des solutions. Différents petits boulots sans lendemain. « Et on m’a donné l’opportunité de travailler avec des personnes âgées ». Pour l’instant, elle est payée à l’heure, modestement. Mais elle entoure ces personnes qui ont besoin d’aide. Et elles le lui rendent bien. « Le bonheur est dans les relations humaines » sourit-elle. Heureusement, ses trois enfants ne vivent pas loin et l’ont toujours soutenue. Voici 4 ans, sa fille lui apprend qu’elle est enceinte. Gabrielle suit de près la grossesse, s’implique, se sent renaître. C’est son premier petit-enfant. « Je suis quelqu’un. Je suis utile. Je vaux toujours quelque chose ». C’est ce qu’elle réalise alors.

Aujourd’hui, Gabrielle Bergamaz n’a qu’un objectif : pouvoir se payer une formation qualifiante pour encadrer des personnes âgées. C’est la voie vers un travail stable pour elle.

A propos de Gabrielle Bergamaz*

Âge :
57 ans

Pays d’origine : 
Italie, née en Suisse

Famille : 
trois enfants, plusieurs petits-enfants

Logement : 
habite au rez-de-chaussée d’une maison avec 2 colocataires, dans le canton de Fribourg

Situation :
divorcée, elle est au chômage puis à l’aide sociale depuis plusieurs années. Par un emploi payé à l’heure auprès de personnes âgées, elle couvre chaque mois une bonne partie de son minimum vital. Elle veut suivre une formation qualifiante pour trouver un emploi stable.

*Nom modifié

Caritas s’engage

  • contre le démantèlement du filet de la sécurité sociale
  • pour que chaque individu obtienne le soutien dont il a besoin pour vivre dans la dignité (Constitution fédérale, art. 12)
  • pour que la Suisse investisse dans la prévention de la pauvreté
  • pour perpétuer l’équilibre social et donc la cohésion sociale qui font la force de la Suisse

« J’étais comme tout le monde. »

Votre don pour les personnes touchées par la pauvreté en Suisse

Par votre don, vous pouvez soulager de façon déterminante les personnes et les familles qui vivent au seuil de la pauvreté. Et vous renforcez l’engagement politique de Caritas dans la lutte contre la pauvreté.

Concrètement :

  • Consultation sociale et service dettes conseil :
    la consultation sociale et le service Dettes conseils de Caritas proposent une aide compétente aux personnes en situation difficile.
  • Épiceries Caritas :
    Dans les 21 Épiceries Caritas, les personnes touchées par la pauvreté peuvent acheter des produits frais et sains et des articles d’usage courant à des prix très bas.
  • Magasins de seconde main Caritas :
    les magasins de seconde main proposent des chaussures et des vêtements de bonne qualité pour petits et grands à des prix très raisonnables.
  • CarteCulture:
    avec la CarteCulture de Caritas, les familles qui ont peu d’argent peuvent s’offrir tout un choix de loisirs et de cours à prix réduit dans le domaine du sport, de la culture et de la formation. La CarteCulture protège de l’exclusion et de l’isolement.
  • Vacances gratuites :
    Souvent, les familles touchées par la pauvreté n’ont pas de budget-vacances. Mais grâce à REKA et aux hôtels Sunstar, elles peuvent passer une semaine de vacances gratuites.
  • Avec moi :
    Des marraines et des parrains passent régulièrement du temps avec des enfants défavorisés pour leur permettre de vivre de nouvelles expériences. Un moment de liberté également apprécié des parents.
  • Engagement politique :
    Caritas appelle l’opinion publique, le monde politique et l’économie à agir. Selon elle, une bonne politique familiale doit notamment garantir la compatibilité entre activité professionnelle et prise en charge des enfants, aussi pour les personnes en situation de pauvreté, et améliorer l’accès à la promotion précoce pour les enfants, ainsi que les conditions de travail et de formation continue pour les parents. L’accès à une bonne scolarité de base et à la formation professionnelle continue protège aussi de la précarité.
;